Le stress oxydatif porte atteinte à l’ADN
Points de vente: Disponible dans les pharmacies ou à travers l'entreprise | Pharmatrans Hotline pour commandes: 00800-8020 8010 ou: +31-43-7999 070

La face cachée du métabolisme

Le second ennemi: le stress oxydatif

Le second ennemi: le stress oxydatif (des attaques cellulaires par des molécules d’oxygène agressives). Les dits radicaux libres se produisent à la transformation de la nourriture en énergie. Notre organisme brûle des sucres, des hydrates de carbone et des graisses en utilisant de l’oxygène, un gaz extrêmement réactif (il constitue un cinquième de l’air respirable). C’est dans ces circonstances que souvent, des incidents se produisent. Des molécules de gaz s’échappent et s’attaquent aux composants des cellules dans lesquelles ils sont réactifs. Le corps humain est composé de 100.000.000.000.000 de telles « mini-centrales » qui produisent de l’énergie chimique et dont chacune perd constamment la maitrise sur ces attaquants. Ceux-ci causent une sorte de rouille dans le tissu. Jusqu’à un certain niveau, les mécanismes protecteurs de la cellule viennent à bout de ces molécules oxydantes.

Les deux processus de dégradation – le stress inflammatoire et le stress oxydatif – se déroulent tout à fait inaperçus, sans symptômes alarmants, pendant des décennies.

Mais notre train de vie moderne contribue plus que jamais à une aggravation de la situation. Le résultat de la bataille ne va pas en faveur de la santé. La pollution de l’air, du sol et de l’eau, les radiations (aussi celles des ordinateurs, des portables et des écrans de télévision), le tabac et les pesticides augmentent l’agressivité et le nombre des radicaux libres. A cela s’ajoutent les métaux lourds absorbés par le corps et finalement les conséquences du stress qui multiplient les radicaux d’oxygène destructifs à un niveau insurmontable par des moyens conventionnels.

To top Vers le haut

 
Continuez à lire: Dégâts biologiques considérables